Menu

Tropico 6 – Le Test !

Buenos dias señor Presidente ! Tropico est de retour pour un sixième opus sur PC et Consoles, alors que les fans reprochaient à la licence de tourner en rond sans trop innover lors des derniers jeux, l’apparition de Tropico sur console a fait découvrir cet univers à de nombreux nouveaux joueurs. Quid des nouveauté dans cet opus ? De l’adaptation du gameplay sur console ? Nous allons répondre à ces questions ensemble, alors accrochez vous, on embarque pour l’île de Tropico !

Pour les néophytes nous allons faire un bref rappel, Tropico est un jeu de gestion type “Simcity”, vous êtes el Presidente de l’île de Tropico et devrez la faire prospérer, évoluer et perdurer à traverser les ages. Sur une période qui s’étend de l’époque coloniale aux temps modernes en passant par les guerres mondiales et la guerre froide. Ce qui fait la particularité de la licence est son coté décalé et pervers. Vous pourrez ici entre autre, détourner de l’argent publique, faire assassiner des opposants politiques ou encore truquer les votes des élections afin de vous assurer le poste de présidente. Oui, on peut dire que c’est quasi une simulation. Si ces mécaniques sont intéressantes et ont contribué au succès de la série, elles ont eu au fil des années, beaucoup de mal à se renouveler. Il faut dire aussi, que ces mécaniques n’ont pas trop évolués dans la réalité non plus…

Comme d’habitude, vous commencerez par créer votre dirigeant despotique : vêtements, accessoires, couleur de peau, trait de personnalité,… Première nouveauté : vous pourrez ici choisir le genre de votre dirigeant(e) ! Une fois, terminé vous aurez le choix entre différents mode de jeu, si c’est une première expérience pour vous, je vous conseil le mode tutoriel qui vous présentera les mécaniques de jeu. Si au contraire vous avez déjà dirigé l’île par le passé, vous pourrez directement vous diriger vers les modes de jeu traditionnels car, spoiler alerte, vous ne serez absolument pas dépaysé tant tout est similaire ! Vous aurez donc droit à:

  • Un mode campagne : des missions bien précises et scénarisée s’étalant sur 15 chapitres basés sur les chapitres de Penultimo,
  • Un mode bac à sable : vous pourrez y personnaliser vos partie à souhait et les jouer sur une trentaine de cartes différentes,
  • Un mode multijoueur : dans ce dernier vous vous affronterez selon des règles choisies de 2 à 4 joueurs mais sur seulement 9 cartes prédéfinies.

Comme d’habitude le point fort de Tropico est son ambiance et son humour décalé. Entre les décors somptueux, les musiques latino, les petits bruitages quand on clique sur certains bâtiments, l’ensemble est vraiment dépaysant et on se croirait presque en vacance par moment. Ajoutez à cela l’humour des dialogues et de certaines situations dont tout le potentiel comique est accentué par l’excellent doublage ! Que ce soit votre fidèle Penultimo ou n’importe lequel des habitants de l’île, ils sont tous doublés en français avec un accent hispanique et si ils ont tendance à se répéter, certains de ces dialogues sont assez drôles.

Pour ceux d’entre vous qui se pose la question de la jouabilité de ce genre de jeux avec une manette, pas de panique ! Le tout a été pensé pour être joué aussi bien à la souris qu’à la manette. La plupart des outils de gestion est accessible via des menus radiaux que vous faites apparaître en une touche et dans lesquels la  navigation reste simple et intuitive. Petit bémol pour la construction des routes ou le placement de certains bâtiments, assez imprécis. Mais ces problèmes sont les mêmes sur PC ou consoles.

Quelques nouveauté font tout de même leur apparition dans cet opus :

  • Les cartes archipels : elles vous pousseront a voir la construction de vos villes différemment , certaines ressources seront très éloignées les unes des autres. Les industries auront besoin de personnel, il faudra donc construire des ponts, des lignes de bus ou de métro afin que les habitants se rendent jusqu’à elles … en théorie. En vrai il suffira de mettre quelques habitations dans ces coins perdu avec un minimum de divertissement et l’affaire sera réglée,
  • Les montagnes : vous pourrez maintenant les percer afin d’y construire des tunnels, mais au vu de la gestion hasardeuse des routes et lignes de bus, ça n’apporte pas grand chose au gameplay,
  • Le négociant : la nouveauté la plus intéressante et la seule qui impacte réellement la façon de jouer à mes yeux. Le négociant sera la pour vous aider a gérer toutes vos actions les plus obscures : détourner des fonds publiques vers votre compte en suisse, voler les points de bibliothèque afin d’acheter des nouvelles actions telles que assassinat, pot-de-vin, … En gros c’est tout le coté maléfique du dirigeant qui à été améliorée et vous pousse à mieux gérer cet aspect, étant donné que c’est un peu l’âme de Tropico, cette amélioration de ce pan de jeu est la bienvenue !

Les défauts de ses prédécesseurs sont malheureusement toujours présents. Si le système de factions semble intéressante au premier abord car on essaye de contenter autant les conservateurs que les révolutionnaires ou les catholiques, on se rend vite compte que nos actions n’auront pas énormément d’influence sur eux. En effet il n’est pas rare de pouvoir  passer d’un extrême à l’autre en inversant complètement la tendance de nos partisans en seulement deux ou trois actions. Cela rend presque obsolète cette mécanique et la fait passer au second plan. On notera aussi le manque de profondeur du gameplay plus classique, si vous manquez d’argent, il n’y pas 36 solutions, augmenter simplement vos ressource afin d’en vendre plus. Nous regretterons un peu le manque de variable, ce n’est clairement pas un Simcity. La plus grande partie de votre temps, vous la passerez à vous arracher les cheveux à essayer de rendre vos citoyens heureux afin d’augmenter leur productivité. Le problème est que dans certains cas baisser leur loyer et leur construire plein de divertissement n’améliorera pas le moins du monde leur jauge de bonheur, et dans d’autre rien qu’en mettant une statue dans leur quartier ils deviendront les plus heureux des insulaires. Le coté hasardeux de cette mécanique qui est au centre du gameplay est on ne peut plus frustrante sur le long terme, c’était déjà le cas dans Tropico 4, il est triste de constater que 5  ans plus tard c’est toujours le cas…

 

 

Pros

  • très beau
  • direction artistique soignée
  • gameplay a la manette repensé
  • longue durée de vie (merci au mode bac a sable)

Cons

  • nouveautés anecdotiques
  • très répétitif
  • frustrant dans le coté hasardeux de certaines mécaniques de jeu
  • manque d’innovation

 

 

Buenos dias señor Presidente ! Tropico est de retour pour un sixième opus sur PC et Consoles, alors que les fans reprochaient à la licence de tourner en rond sans trop innover lors des derniers jeux, l'apparition de Tropico sur console a fait découvrir cet univers à de nombreux nouveaux…

Le Verdict !

Note Finale - 65%

65%

Moyen

Tropico 6 serait une bonne introduction à ce style de jeu pour les néophytes qui ne connaissent pas du tout la série Tropico, avec ces petits ajouts qui rendent le gameplay plus agréable sur console, notamment. Par contre, si vous avez déjà joué aux précédents volets, ce ne sera clairement pas un investissement judicieux, tant ce sixième volet ressemble un peu trop à Tropico 4 et 5 !

Avis des lecteurs: Soyez le premier !
65