Menu

Persona Endless Night Collection : le test !

Bonjour très chers fans de la licence ! Comme vous avez pu le constater, je n’ai pas mis en avant un jeu en particulier ; vous comprendrez aisément pourquoi par la suite.

Bon, quand même, je prends le temps, pour les autres : je parlerai ici de deux jeux sortis début décembre, à savoir Persona 3 : Dancing in Moonlight et Persona 5 : Dancing in Starlight.

Bon, je vous l’avoue : j’ai reçu en test P3 et P5 (bien entendu), ainsi que Persona 4 : Dancing All Night (sorti originellement en 2015), ce qui me permet de comparer objectivement le type de jeu sur plusieurs années d’intervalle. Le principe est le même !

Et pour éviter tout spoil inutile, je me contenterai de dresser les grandes caractéristiques, vous laissant ainsi le plaisir de découvrir les deux nouveaux opus par vous-mêmes ! Étant une grande fan de la licence moi aussi, autant vous dire que mes attentes étaient assez élevées.

Visuellement, aussi bien dans P3 que P5, on est dans la fidélité totale aux jeux auquel on est lié. Les personnages ont leur design d’origine, mais retravaillé pour la PS4, et c’est super réussi. Persona, aussi, ça joue sur les couleurs et des tons bien spécifiques (bleu pour P3 et rouge et noir pour P5), qui se retrouvent dans les menus.

Je suis charmée dans les deux jeux et retrouve mes personnages favoris sur la piste !

Pour les décors, les fans des deux jeux ne seront pas dépaysés : ce sont des lieux bien connus dans les deux jeux, comme la cale du bateau dans Persona 5, où l’on affrontait Akechi ou l’entrée du Tartare (ou le Paulownia Mall) dans Persona 3. Bref, vous voyez un peu le tableau !

Le “scénario”, bien que léger (on reste dans un jeu de rythme hein !) demeure dans la lignée de ceux des jeux dont sont tirés les personnages. Prenons par exemple le cas de P5, où Justine et Caroline se mettent en tête de rivaliser avec les membres de leur “famille” de la Velvet Room (Elizabeth, Théodore et Margaret) en proposant à leur hôte de se déhancher sur la piste de danse face à l’équipe adverse. Simple, mais efficace !

Bien sûr, ce contexte sert surtout à donner un peu de corps en dehors des scènes de gameplay proprement dites; les dialogues, qui font pourtant la réputation de Persona, sont assez secondaires et un peu plats à mon sens. On nous avait habitués à des répliques cinglantes et drôles dans les RPG de “base”. Un peu dommage donc…

Dans P5, vous retrouvez le même type de menu…et des Social Links ! Bons, il faut les débloquer grâce aux danses, c’est normal, mais l’esprit est là ! Le même principe s’applique, bien sûr, à P3 !

Les menus sont clairs, simples, directs. Et la partie “customisation” des jeux est vraiment sympa, surtout pour les costumes inédits ! Pour les autres, rassurez-vous : vous les gagnerez à la sueur de votre front lors des défis et autres danses périlleuses du jeu, surtout en mode Hard.

Disons-le tout de suite : je ne suis pas toujours une grande fan des jeux de rythme, excepté peut-être une époque où j’étais accro aux Guitar Hero. En fonction du rythme et des notes qui vous arrivent dessus, à vous de réagir en fonction (notes simples, longues, couplées, etc.). Et selon le mode choisi, la vitesse et le nombre de notes s’affolent (et par conséquent vos touches sur la manette) !

Pour les moins hardis ou les moins expérimentés, pas de panique : vous pourrez jouer en mode facile ou normal, même si, sachez-le, certains morceaux ou objets ne peuvent être obtenus que dans le mode difficile.

Hé bien ici, je dirais même que Persona 5 Dancing in Starlight m’a réconciliée avec ce type de jeux !  It is bear-illliant !

Venons-en maintenant à la partie la plus importante du jeu : la bande-son ! Autant vous le dire tout de suite : ce sont les morceaux du jeu que vous retrouvez. Logique donc.

Mais vous avez aussi droit, en dehors de la version “originale”, à nombre de remix, de toutes sortes (et qualités). Bref, largement de quoi trouver votre bonheur, tout en restant fidèle au “style” musical de Persona 3 (plus hip-hop) et de Persona 5 (plus jazz). J’en suis même venue à plus apprécier certaines versions remix que leur originale (Hymn of the Souls, par exemple) ou à rejouer certains morceaux en boucle (au grand dam de mon compagnon, qui garde Will Power en tête maintenant) !

Oui, Morgana, c’est vrai, mais qu’à cela ne tienne, j’ai quand même passé de nombreuses heures pour tenter de débloquer un maximum de tenues, objets, cinématiques, mais il faut bien le dire : ce n’est pas du tout aussi long, niveau durée de vie, que les RPG Persona, et c’est logique, sinon ça en deviendrait…lassant. Je n’aurais tout de même pas refusé quelques morceaux supplémentaires (25 seulement), mais je pinaille un peu ! Et j’ai bien ri avec certains costumes proposés !

Persona Endless Night Collection

thumbs-up-icon

Pros

  • Fidèle à Persona 3 et Persona 5
  • Graphismes sublimes
  • Morceaux en version originale et remix
  • Costumes originaux et drôles
  • Sous-titrage en français assez réussi
  • Difficulté réelle (mode Hard et 4e mode !)

thumbs-down-icon

Cons

  • Trop peu de morceaux (25)
  • Le prix : 60 euros par jeu !
  • Dialogues parfois un peu creux : habitués à mieux dans la licence

Bonjour très chers fans de la licence ! Comme vous avez pu le constater, je n’ai pas mis en avant un jeu en particulier ; vous comprendrez aisément pourquoi par la suite. Bon, quand même, je prends le temps, pour les autres : je parlerai ici de deux jeux sortis…

Le Verdict !

Avis global - 85%

85%

Excellent !

Un pari réussi pour un jeu de rythme, avec des morceaux entrainants, des visuels de qualité fidèles aux jeux dont ils sont tirés et une difficulté réelle ! Dommage que ce soit si court, mais bon, on peut tout de même rejouer à loisir, pour des soirées entre amis ! Un jeu à ne pas rater, surtout pour les fans de Persona !

Avis des lecteurs: Soyez le premier !
85