Menu

Whisper : Ari, la cavalière intrépide – Le test !

Whisper ou plutôt Windstorm, c’est avant tout une série de film allemand à succès et avec l’ascension de la Nintendo DS il y a quelques années, ce genre de jeu de niche s’est vu éclore, on pense notamment à la licence Léa Passion ou encore Alexandra Ledermann. L’intérêt était donc tout trouvé pour le studio Aesir Interactive accompagné par l’éditeur Wild River Games de s’accroître un public spécifique mais néanmoins nombreux et adepte d’équitation. Vous pouvez prendre le jeu dès cet épisode, celui-ci se déroulant après le premier épisode sortie il y a quelques mois, mais introduisant un nouveau personnage, ce n’est donc pas handicapant. Pour les cinéphiles, il se situe après le troisième long métrage sortie en 2017. Lors de ce test effectué sur Playstation 4 Pro, nous allons voir les forces et faiblesse du titre distribué en France par Just For Games. Whisper : Ari, la cavalière intrépide est disponible sur PS4 et Nintendo Switch depuis le 28 mars au prix de 39.99€.

Welcome Ari !

Dans cet épisode, vous incarnez donc Ari : une nouvelle protagoniste, exit Mika à la crinière de feu ( et star du programme ) qui sera uniquement présente dans le jeu sous forme de spectre, celle-ci étant dans le coma suite à un incendie lors de son séjour en Andalousie. Ari de son coté est une jeune fille un peu excessive qui contre son gré, sera placée au Ranch Kaltenbach ( appartenant à la grand-mère de Mika ) suite à une violente altercation dans son ancienne famille d’accueil. Hélas rien ne se passe comme prévu, Whisper est en déprime totale, la grand-mère de Mika voit sa santé en berne et le ranch est reprit par la très hautaine Isabelle. Sans parler du tortionnaire Thordur Thorvaldsen et ses méthodes très particulières. Il en est de trop pour Ari qui fuit à galop hors du ranch. C’est à se moment-là que vous êtes recherchés de toutes parts, et même par les autorités du coin ..

Notre première rencontre avec le célèbre Whisper !

Ce qui saute aux yeux dès la prise en main d’Ari, c’est son extrême rigidité, c’est bien simple, le moindre mouvement n’a aucune souplesse, pire, les sauts sont extrêmement hasardeux. Heureusement qu’on n’est pas dans un RPG et que cette touche est au final plutôt anecdotique ( le calvaire si il y avait eu des phases de plateforme ). Même constat lors des séquences à dos de cheval, ce n’est pas vraiment maniable et lorsqu’il faut sauter, le cheval s’arrête lamentablement devant l’obstacle si le timing est mauvais, très frustrant ! Si toutefois le saut passe, l’animation est mauvaise. Mince, on sent tout de suite que le studio à été dépassé par ses ambitions.

Des premiers pas au ranch laborieux ?

Car ambitieux, le titre aurait pu l’être, en témoigne ce vaste terrain de jeu qui à défaut d’être vivant, à le mérite d’exister et ” essai ” de proposer un monde cohérent. Malheureusement, le jeu est tellement guidé lors des missions qu’il est peu probable de se perdre hors des sentiers battus, ce qui pourrait ravir les plus jeunes. Si parfois, il peut arriver tout de même de s’égarer, et perdre un peu l’objectif de vu, c’est simplement car la boussole ( même système utilisé aujourd’hui dans la plupart des jeux ) ne permet pas de s’orienter dans l’espace avec précision.

Suivre un PNJ avec précision exige une certaine dextérité !

Le tout manque de dynamisme avec des portrait en image fixe ou les protagonistes s’échangent les dialogues. Pour la mise en scène, on repassera. Les missions sont aux nombres de 25 avec 30 missions annexes réparties sur 15 chapitres, suffisamment pour passer de jolis moments de ballade à cheval ou casser une manette, au choix ! Vous aurez la possibilité d’obtenir un arc assez rapidement, comme nouveauté de cet épisode, cheval, arc, ça ne vous rappel rien ? Bon on est tout de même loin à des années-lumières de la profondeur d’un Zelda Breath of the Wild. Ceci dit, il est bien dommage que cet accessoire ne présente aucune plus-value au gameplay.

Oh un lâché de montgolfière !

Là encore, les missions se montrent souvent répétitives ( fuite, filature ) il faudra souvent apporter des objets à certains PNJ ou encore aller voir tel personnage. Les filatures, parlons en, il vous sera demandé de suivre par exemple un véhicule en restant dans une zone en mouvement en adaptant l’allure du cheval et croyez le ou non, ce n’est pas évident alors imaginez bien un enfant derrière sa manette. C’est assez déséquilibré dans la difficulté ou d’autres activités sont d’une simplicité extrême.

Le genre de mission de filature où il faut rester ni trop prêt du véhicule et ni trop loin de la limite du cercle rouge, un vrai calvaire !

Saut d’obstacle technique complètement raté !

Pourtant, l’effort était notable, un monde vaste, coloré offrant une végétation conséquente, des conditions climatiques dynamiques et un cycle jour/nuit. La forme est belle et bien présente, mais sur le fond, le constat est très en dessous de ce qu’on pourrait attendre sur nos machines. Les décors pop à mort, le jeu manque cruellement de fluidité et graphiquement, c’est très en dessous d’un jeu de 2019. La modélisation générale est perfectible. Nous ne parlerons pas des freezes ( à savoir l’image qui se fige quelques secondes ), assez réguliers et frôlant la catastrophe technique.

Des particules de fleurs qui volent pour un résultat très laid !

Il pourrait certainement convaincre les jeunes joueurs ou le public qu’il cible qui se laisseront surtout tenter par les balades à cheval avec une histoire qui se laisse déguster gentiment au détriment d’une technique irréprochable qu’un joueur méticuleux pourrait attendre. Attention aux nombreux bugs de collision qui oblige à relancer une sauvegarde car coincé entre deux éléments du décor à cause d’un gameplay trop approximatif

Les textures sont elles chargées correctement ? ( regardez moi cet arrière plan ! )

Terminons avec un point positif et pas des moindres, le jeu est entièrement doublé en français ce qui facilitera l’accès aux plus jeunes et d’ailleurs celui-ci est plutôt satisfaisant.

Title Here

thumbs-up-icon

Pros
  • Jeu intégralement en français et doublage convaincant
  • Scénario simple et accessible aux plus jeunes
  • Les fans apprécieront certainement
  • Un monde ouvert, vaste avec un cycle jour/nuit

thumbs-down-icon

Cons
  • … mais bien trop vide !
  • Techniquement daté d’une génération
  • Mise en scène inexistante !
  • Les animations d’une autre galaxie
  • Un gameplay bien trop approximatif
  • Des bugs de collision qui peut demander à relancer une partie
  • Les freezes !
  • Missions répétitives et difficulté mal dosée
  • Son prix !

 

 

 

 

 

 

 

Whisper ou plutôt Windstorm, c'est avant tout une série de film allemand à succès et avec l’ascension de la Nintendo DS il y a quelques années, ce genre de jeu de niche s'est vu éclore, on pense notamment à la licence Léa Passion ou encore Alexandra Ledermann. L’intérêt était donc tout…

Avis général

Le verdict ! - 40%

40%

Très moyen

Avec beaucoup de recul, ce nouvel épisode de Whisper s'adresse clairement à un public de fan qui trouvera en lui une sympathique histoire à parcourir en selle. Hélas, les autres seront clairement moins lisse avec le titre tant celui-ci est exposé à bien trop de problème technique et un gameplay très approximatif. Reste de bonnes idées pas du tout exploitées et certainement un appétit bien trop ambitieux pour le studio.

Avis des lecteurs: 4.8 ( 2 votes)
40