Menu

Warhammer Chaosbane : Le test des profondeurs !

Games Workshop est décidément très productif ces dernières années ! Les revoilà avec un nouveau jeu, cette fois développé par EKO software, filiale de Big Ben à qui l’on doit déjà les How To Survive. Cette fois, c’est avec un Diablo-Like que la license Warhammer revient ! C’est un paris osé, car si c’est un type de jeu très apprécié par les joueurs, rappelons que Diablo 3 a mis la barre très haut. Chaosbane sera-t-il à la hauteur ?  Warhammer nous à déjà donné du très bon comme du très mauvais pour ce qui est de ses adaptations vidéoludiques, tentons de voir ensemble de quel côté de la balance se situe le dernier arrivé.

Côté histoire, c’est ici l’ascension de l’empereur Magnus qui est mise à l’honneur. Bien que cet arc soit assez peu exploité jusqu’ici dans les jeux vidéos, n’espérez pas trop du scénario qui est clairement anecdotique. Une cinématique de début assez immersive qui nous met bien dans l’ambiance, mais qui malheureusement est la même pour les 4 classes disponibles et sera presque la seule cinématique de tout le jeu. Ces cinématiques sont basées sur des plans fixes, des dessins pas très élaborés et le tout est pas super attrayant, n’arrivant pas à capter l’intérêt du joueur pour ce scénario vu cette mise en scène narrative peu exploitée.

En dehors de cette cinématique, vous aurez droit à quelques dialogues sans trop d’importance avec des PNJ présents dans la citadelle qui vous sert de HUB. Ces derniers servant uniquement de prétexte à vous envoyer explorer les profondeurs des égouts ou sauver des hommes perdus en territoire ennemi. Mise à part donc ces quelques échanges, ne comptez pas sur le jeu pour contextualiser plus que cela l’extermination des hordes qui vous attendent. On a du mal à se plonger dans l’univers aussi à cause de ces PNJ qui n’ont pas énormément de trempe et qu’on oublie facilement.

Au niveau du gameplay, pas de grande surprises, classique mais efficace. Seulement 4 classes différentes sont mises à notre disposition mais les nombreuses compétences que vous pouvez débloquer en montant de niveau vous permettront d’opter pour différents builds selon votre façon de jouer. A noter que l’esquive avec L3, inspirée de Diablo 3, n’est disponible que pour une seule classe de personnage.

En effet, une fois au niveau maximum et toutes les compétences débloquées, vous devrez choisir lesquelles assigner à votre personnage sans dépasser le maximum de points autorisé. Dégâts à distance, soins, corps à corps ou gros DPS… à vous de choisir votre façon de jouer. Ajoutez à cela l’arbre des dieux, qui vous permet de débloquer des compétences actives ou passives surpuissantes pour parfaire votre stratégie et vous aurez de multiples possibilités d’attaque. Les différentes classes sont assez intéressantes à découvrir, mais on constate très vite que la plupart des compétences, sorts et mécaniques de jeu sont calqué sur Diablo 3 ou Vikings. Dans les HUB, vous n’aurez l’occasion que d’échanger vos loots, ici aussi d’objets commun à héroïques, les amateurs ne seront pas déboussolés. Un système permet d’améliorer votre équipement en le bénissant. Pour

La plupart de votre aventure sera comme toujours pour ce genre de jeu une succession de couloir ou des hordes d’ennemis tenteront de vous barrer la route, avec un boss pour conclure le chapitre. Si il est possible de traverser le jeu en solo, on se rend vite compte qu’il à été conçu pour être joué à plusieurs, surtout contre les boss ou la difficulté monte d’un cran et ou la stratégie est nécessaire. Des rushs exclusivement orientés boss sont prévus, mais avec seulement quatre actes, on en fait vite le tour. Des missions spéciales vous demanderont d’éliminer les ennemis dans un donjon, ponctué par des événements aléatoires qui se résument souvent à faire un maximum de victimes ou d’éliminer des cibles particulières.

Malheureusement le manque de diversité des monstres adverses, des décors, des équipements et autres se fera très vite ressentir. Seulement quatre chapitres, avec une durée de vie gonflée par les 11 modes de difficulté présents. Car oui, c’était pareil dans Diablo 3, mais ici, le jeu manque de profondeur dans ses détails. L’or que vous ramasserez tout au long de la partie ne servira qu’à payer vos réapparitions et vos technique spéciales, l’équipement que vous looterez constamment sera souvent le même qu’avant avec de meilleurs statistiques.

Les graphismes sont assez beaux, sans pour autant être incroyables, pas de chutes de framerates, sombre et remplis d’ennemis comme le genre le veux mais fluide et compréhensible, même dans une grande salle obscure et remplie d’ennemis, l’action se lit clairement et on sait situer notre personnage. Mais aussi beaux soient-ils, les décors ne sont pas assez variés, les égouts se ressemblent tous et on a vite l’impression de refaire inlassablement les mêmes missions, dans les mêmes décors avec d’autres équipements et les mêmes adversaires, mais plus puissants. Les pièces d’équipement et les armes sont peu inspirés en termes de design, tout est très banal à ce niveau.

Pour ce qui est de la bande son, c’est à l’image du reste du jeu, c’est bon, immersif, mais pas assez poussé. Les ambiances sonores sont sombres, mais sont les mêmes tout au long de l’aventure. La narration avec une voix off style “comptes et légendes” est assez efficace, mais on déplore un manque de version françaises (surtout quand on sait que EKO software et Big Ben sont des entreprises françaises).

Finalement, si le new game +, avec son mode exploration libre et boss rush, le côté addictif du loot et les 11 modes de difficultés vont permettre aux fans de passer de nombreuses heures sur le jeu, pour ma part, le manque de profondeur de la réalisation m’a assez vite refroidi.

Pros

Pros
  • Immersif,
  • addictif,
  • fluide,
  • les boss !!

Cons

Cons
  • répétitif,
  • trop peu de personnage,
  • multijoueur presque indispensable.

 

Games Workshop est décidément très productif ces dernières années ! Les revoilà avec un nouveau jeu, cette fois développé par EKO software, filiale de Big Ben à qui l'on doit déjà les How To Survive. Cette fois, c’est avec un Diablo-Like que la license Warhammer revient ! C’est un paris…

Verdict ?!

avis général - 65%

65%

Pas mal !

Sans révolutionner le genre et sans vraiment être à la hauteur de Diablo 3, Chaosbane à le mérite d'être addictif. Il ravira surement plus les fans de Warhammer que les fans de Diablo-like.

Avis des lecteurs: Soyez le premier !
65