Menu

My Time at Portia – Le test !

My Time at Portia est un jeu dans la veine de Stardew Valley, mais en 3D cartoonesque. Développé par Pathéa Games, responsable de l’excellent Planet Explorers sur PC en 2014 et édité par la Team17 qui est le développeur du célèbre Worms. Le jeu nous promet de longues heures de crafting, mais saura-t-il se démarquer de la concurrence ? Vous aurez un premier aperçu dans ce test de My Time at Portia testé sur Playstation 4 Pro et sortie le 16 avril également sur Xbox One et Nintendo Switch au prix de 29€99. La version PC est sortie en tout début d’année.

Dans la vallée, de Portia ..

Qui n’a jamais rêvé de démarrer une nouvelle vie ? Tout recommencer ailleurs, lier de nouvelles amitiés, se faire de nouveaux ennemis qu’on adore détester. C’est dans ce constat implacable que le scénario du jeu aussi basique soit-il nous laisse prendre place dans la ville enchanteresse de Portia ou votre père vous à fait don de son sublime atelier. Immédiatement, vous allez comprendre que vous avez une place prédominante dans la société et que nombre de citadins vont avoir besoin de vos talents. Commençons par le commencement, à savoir la création de votre avatar.

Marco Polo, à la conquête de Portia !

Couper, ramasser, assembler ..

Bien que générique, le titre s’ouvre sur une création de personnage, limité, mais celui-ci offre l’essentiel, et ce n’est de toute façon pas le cœur du jeu. Vous pouvez aussi bien vous glisser dans la peau d’un garçon comme d’une fille. Pour la personnalisation de votre avatar vous avez pas mal de choix, alors laissez libre court à votre imagination. Quand votre petit avatar vous plaît vous devez lui trouver un nom. Vous voilà prêt à jouer ! Alors bienvenue dans la ville de Portia !

Lors de votre arrivée, on vous remet une lettre laissée par votre père qui était un artisan renommé de la ville. Dans celle-ci il vous explique que vous devez reprendre son affaire et qu’il vous a laissé sa maison. Une petite bicoque qui aura grand besoin d’être retapée. Il n’y a rien à l’intérieure mise à part un lit qui vous servira à sauvegarder vos journées à Portia et dormir accessoirement. Au fur et à mesure, vous pourrez construire vos propres meubles grâce à votre établi.

Le bricolage pour les nuls !

Attention toutefois, si des jeunes enfants veuillent s’émerveiller dans le vaste monde de Portia, il est préférable qu’il soit accompagné d’un adulte car le début du jeu peut-être déroutant par le fait qu’il faut passer beaucoup de temps sur l’assemblage des matières premières et que le tout n’est pas expliqué explicitement. Il faut par exemple pour la construction que vos matières premières soient dans la barre d’objet en bas de l’écran pour pouvoir accéder à l’assemblage, la présence dans l’inventaire ne suffit pas, on a vu mieux coté ergonomique.

Portia est une petite ville avec de nombreuses boutiques et artisans ,vous pourrez interagir avec chacun des habitants que vous croiserez sur votre chemin. Les actions choisies vous permettront d’améliorer vos relations avec les habitants ou alors vous faire des ennemis. Alors étonnement, le meilleur moyen de sympathiser est d’affronter votre interlocuteur dans un duel de combat, quel bel exemple pour la jeunesse. Le jeu est basé sur des petites missions afin de développé votre confort , mais aussi afin de venir en aide à certains habitant mais avant tout cela vous devrez obtenir votre permis de construction.

La fierté d’avoir obtenu son permis !

Vous aurez un manuel afin de suivre les étapes de fabrication des machines de plus en plus complexes, passant d’une simple scie à un broyeur ou un véhicule de transport et beaucoup d’autres choses viendront par la suite. Rien de plus classique, on récupère des matières, on les assemble pour récupérer des matières plus difficiles à avoir pour fabriquer des constructions toujours plus complexe et ainsi de suite.

Vous aurez également la possibilité d’accepter ou non des missions de la guilde , chaque mission complétée vous donnera droit à une récompense plus ou moins importante selon la difficulté de celle-ci.

Un arbre de compétence des plus classique !

Le titre s’inspire d’une progression type du RPG, toutes nos actions sont récompensées par des points d’expérience qui feront évoluer vos niveaux pour pouvoir débloquer des compétences selon trois arbres différents ( combat, craft et social ). Le système de combat même si ce n’est pas l’essence du jeu, aurait peut être pu bénéficier de profondeur car dans l’état, il est d’une simplicité et d’une facilité extrême. Heureusement, les boss de donjon sont là pour relever un poil le niveau.

Afin de vous aider dans certaines missions vous possédez la carte de Portia , elle est très utile notamment pour trouver facilement les habitants que vous devez chercher lors de certaines quêtes puisqu’un petit pictogramme apparaîtra sur la carte afin de vous montrer votre cible.

Ce jeu est donc basé sur la construction, mais pas seulement puisqu’au court de votre progression, vous aurez la possibilité de vous marier, et même de fonder une famille ( dans une mise à jour à venir ) ce qui rend un aspect social, avec le système d’amitié comme expliqué auparavant.

Un voyage tout en couleuvre !

Bien que le titre ne fasse pas surchauffer vos machines dernière génération et en même temps, ce n’est absolument pas le but recherché ici, il sait rester sympathique graphiquement par ces couleurs chatoyantes, sa construction architecturale qui mélange modernité et de l’ancien. La direction artistique va dans ce sens et qui aura l’avantage de plaire à différents types de joueurs.

Intéressant de souligner qu’il y a de la variété dans les environnements ce qui permet de rompre une certaine lassitude en recyclant les mêmes décors. Le cycle jour/nuit fonctionne bien en changeant justement les couleurs sur les environnements et offre quelques jolis panoramas sur les hauteurs de Portia, notamment sur un beau couché de soleil. 

Un tableau couleur pastel ?

Quelques bug d’affichage subsistent malgré tout, comme un décor qui s’affiche tardivement. Les temps de chargement paraissent éternels tant ils sont longs ( réduit depuis par une mise à jour ). La bande-sonore offre de jolies mélodies ( mais limitées ) qui comme le jeu en lui-même offre une séance de quiétude et de repos entre deux fusillades sur un autre jeu. Ce qui promet d’être très intéressant, c’est que l’équipe de développement risque de faire un suivi du jeu avec des mises à jour dors-et-déjà prévues.

 

 

Title Here

thumbs-up-icon

Pros
  • Une très bonne durée de vie
  • Quêtes et activités multiples
  • Classique mais efficace
  • Accessible à tous ( peut être trop )
  • Un univers coloré et chatoyant
  • Vaste et complet
  • Des événements inattendus
  • Une progression qui impacte l’environnement
  • le futur suivis
  • En français
  • La musique reposante et mélancolique ..

thumbs-down-icon

Cons
  • … mais trop peu variée pour ne pas lasser
  • Encore des temps de chargement frustrants mais réduits depuis la dernière mise à jour
  • Peut sembler répétitif ( schéma collecte, assemblage, construction ) lié a ce genre de jeu
  • Un système de combat sommaire ( attaque/esquive )
  • La journée passe rapidement
  • Ergonomie approximative
  • Il peut arriver de manquer des quêtes
  • Quelques bugs d’affichage

My Time at Portia est un jeu dans la veine de Stardew Valley, mais en 3D cartoonesque. Développé par Pathéa Games, responsable de l'excellent Planet Explorers sur PC en 2014 et édité par la Team17 qui est le développeur du célèbre Worms. Le jeu nous promet de longues heures de…

Avis général

Le verdict ! - 75%

75%

Bon !

My Time at Portia est un titre addictif regorgeant de quêtes et de choses à faire. Dans la pure lignée d'un Stardew Valée, il excelle dans son genre et propose quelque chose de très complet. Très accessible et doté d'un univers riche et d'une direction artistique alléchante, les quelques défauts du jeu sont submergés par ses qualités. Portia est une ville chaleureuse à visiter cette année.

Avis des lecteurs: 4.47 ( 5 votes)
75