Tests

[AVIS] Little Nightmares II – Le Test !

Après le succès mérité de Little Nightmares, la suite très attendue est sortie il y a peu ! L’occasion pour nous de vous donner notre avis sur la version Playstation 4 que nous avons testé sur PlayStation 5 ! La version PS5 débarque plus tard dans l’année !

Little Nightmares, malgré son absence de scénario, a réussi à conquérir le cœur des joueurs grâce à son ambiance atypique. Un monde sombre dans lequel notre personnage évolue d’un tableau à l’autre. Ce deuxième opus nous enfonce encore plus dans cet univers horrifique en suggérant des thèmes que le joueur peut s’accaparer et nourrir son imagination. Entre les adultes violents, les scènes scolaires, les élèves transformés en poupées, les mises en scènes de suicides, ce Little Nightmares 2 met le doigt où ça fait mal. 

Un mélange d’univers enfantin et des pires atrocités imaginées par l’homme avec des inspirations à la Another Brick in the Wall de Pink Floyd, mais aussi de Tim Burton. Des thèmes matures où il ne faut pas de mots ou quelconque scénario afin de comprendre les enjeux et s’immerger dans ce cauchemar géant ! Le tout est bien pensé et maîtrisé !

Le concept de Little Nightmares 2 reprend exactement la même formule qui a fait le succès du premier volet. On parcourt divers tableaux remplis de puzzles et de phases d’infiltration. Les puzzles sont la plupart assez simples, mais il faut avouer que certains donnent un peu de fil à retordre et il faudra bien réfléchir à la disposition des pièces, mais aussi les divers objets qui parsèment les niveaux. Il y a donc pas mal de phases de plateformes et il faudra donc grimper, sauter, s’abaisser tout en évitant les divers pièges mortels qui pullulent par-ci par-là ! 

Les phases d’infiltrations mettent en scène des personnages humanoïdes à éviter à tout prix en se dissimulant après avoir étudié leur pattern de mouvements. Des passages tendus, mais frisants ! On rencontrera aussi des compagnons, qu’on pourra tenir par la main et appeler à la façon de Ico et qui nous aideront à grimper, passer un obstacle ou activer des mécanismes ! Le gameplay est facile à prendre en main et on se prend vite au concept ! L’aura mystérieuse qui se dégage du jeu nous pousse à l’exploration, pour par exemple retrouver les divers couvre-chefs disséminés dans les niveaux et ainsi customiser notre héros anonyme ! 

Petit bémol, le gameplay n’est pas très fluide, dans le sens où il arrive souvent qu’on rate un saut ou que l’on ai du mal à attraper certains rebords ! Aussi, il arrive parfois d’être coincé dans un décor, mais c’est assez rare au fil des 6 heures de jeu ! 

Visuellement, Little Nightmares 2 est une vraie pépite en termes de direction artistique ! Comme dit plus haut, on sent l’influence des œuvres horrifiques modernes, avec une prédominance de tons ternes et un character design grotesque et cauchemardesque à la fois. Les influences sont là, mais on est malgré tout loin des clichés du genre, tant est revisité à la sauce Little Nightmares pour offrir au joueur une patte unique et avec une cohérence qui favorise l’immersion. 

Cet univers visuel original est tellement chouchouté qu’on se prend à vraiment croire à ce cauchemar vidéoludique. Les tableaux sont un peu plus variés que le premier opus, avec beaucoup plus d’environnements extérieurs, sans pour autant sacrifier l’ambiance claustrophobe du jeu ! 

Graphiquement, on ne peut pas dire que le jeu soit vraiment exceptionnel ou très différent du premier opus en termes d’évolution esthétique ! Les effets de lumière sont standards, au même titre que les textures du jeu ! Mais la direction artistique est telle qu’on ne pense pas aux graphismes corrects, mais sans plus ! 

On a hâte de voir la version PS5 qui sortira courant de l’année, histoire de voir si les nombreux détails du jeu arborent un nouvel aspect, au même titre que les effets de lumière. 

En ce qui concerne la bande-son, le jeu privilégie souvent l’absence de musiques pour laisser place au silence sourd et glaçant. Cela permet de mettre en avant les bruitages qui résonnent du plus bel effet et qui ont un vrai poids au niveau psychologique, entre les bruits métalliques des chocs, le son des cordes qui serrent, les échos qui transpercent la noirceur du monde qui nous entoure ! Certains passages proposent des sons plus stridents et saturés, comme du Noise (le style musical). Les quelques pistes de musiques se résument à du Dark Ambiant qui colle très bien à l’ambiance. À coup sûr, les amateurs de sons malsains y prendront leur pied !

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other

%d blogueurs aiment cette page :