Menu

Dragon Ball Z : Kakarot le test !

Voici enfin le tant attendu Dragon Ball Z: Kakarot ! Teasé depuis un certain temps déjà, ce fameux action RPG Dragon Ball est développé par CyberConnect2, le studio à qui l’on doit les excellents Naruto Ultimate Ninja Storm ! Quand on sait à quel point ils sont resté fidèles à l’oeuvre originale pour Naruto, on attend beaucoup de cette adaptation de l’histoire de Dragon Ball Z ! Un monde semi ouvert avec de vastes environnement, une histoire respectée dans ses moindres détails, un coté RPG avec des arbres de compétences, du craft, du farm, des quêtes annexes. Tout ces promesses sont alléchantes, mais sont-elles vraiment respectées ? Tachons de voir ensemble si le jeu est à la hauteur de nos attentes !

Premièrement, il faut savoir que cette fois on ne nous servira pas une fois de plus une histoire originale basée sur différentes dimensions ou réalités afin de réutiliser les différents personnages de la licence, mais bien l’histoire de Dragon Ball Z ! De l’invasion des Saïyan jusqu’à la défaite de Majin Buu. Et force est de constater que l’aspect narratif est plutôt bien réussi ! Chaque combat, chaque dialogue important, chaque scène ou personnages, absolument tout est à sa place, à un tel point, qu’on à parfois l’impression de jouer Dragon Ball Z épisode par épisode.

L’aspect monde semi-ouvert (sur lequel on reviendra plus tard) ajoute une petite dimension supplémentaire, nous permettant de visiter les lieux a notre guise que ce soit les grande villes comme Orange City ou les plus petits villages avoisinants. Vous aurez accès à tout assez rapidement et aurez la possibilité d’y rencontrer les personnages issus du manga.

La narration de ce Dragon Ball Z fait la part belle à la saga en optant pour des longues vidéos et dialogues, reprenant à merveille les scènes cultes de l’anime durant 30 à 40 heures de jeu si vous voulez finir l’histoire, et faire quelques quêtes annexes pour le leveling. Le trophée de platine est abordable, et n’ayez pas peur des trophées liées aux objets à collecter, ces derniers s’obtiennent facilement et assez vite ! A part sans doute un “boss caché” pour hausser un peu le niveau, ce platine est assez simple et devrait tomber en 50h ou 60h sans trop se presser.

En effet, le jeu est tellement fidèle à l’histoire que le coté RPG perd par moment son intérêt, vous bénéficierai régulièrement de gros boosts d’expérience correspondant aux power-up des personnages dans l’animé et donc souvent dans des moments cruciaux. Il en sera de même pour l’arbre de compétences, si quelques augmentations de statistiques pourront être débloquer à certains niveaux, les compétences importantes se débloqueront au moment ou elles sont utilisées pour la première fois dans l’histoire. La direction artistique se veut dans le style “anime”, à tel point que chaque arc commencera par un résumé du précédent et sera conclu par un teaser du suivant façon ending d’épisode.

Entre chaque arc narratif vous aurez droit à une petite interlude scénaristique durant laquelle vous pourrez effectuer quelques quêtes annexes afin de gagner des emblèmes de personnages. Ces emblèmes vous serviront à remplir des tableaux, il faudra jouer avec les liens entres les personnages et améliorer les emblèmes afin d’en maximiser l’utilité qui varie en fonction des tableaux (taux de drop objet, boost xp, boost atq, …). Durant ce laps de temps vous pourrez aussi collecter les Dragon Balls afin de soumettre un vœu à Shenron. Notons que les vœux ne sont pas oufs, objets ou argent entre autre, les plus inintéressants seront ceux vous permettant de ressusciter des ennemis vaincus afin de les combattre à nouveau et gagner emblèmes et expérience.

Graphiquement, le jeu offre un spectacle visuel impressionnant, en propulsant les joueurs dans l’univers coloré de l’animé. Les textures sont nettes et travaillées, donnant un aspect cell-shadding qui représente bien l’âme de Dragon Ball Z. Malheureusement, il n’y a pas énormément de détails et les animations sont plus basiques. C’est vrai qu’en comparant ce dernier point, les animations, avec celles de FighterZ qui reprenait frame par frame le manga, Kakarot fait le taff, sans trop se soucier du détail, malheureusement ! Les coups spéciaux sont aussi aguicheurs et ont globalement bénéficié d’un beau travail ! Les décors sont variés et on visite les endroits cultes de la série, mais le sentiment de vide des décors et le manque de vie laisse un gout amer d’inachevé. Oui, le jeu est beau, mais il manque malgré tout de détails, d’animations et de vie ! Mis à part les quelques tour du ruban rouge et les vaisseaux de Frieza a détruire et les ennemis maléfiques à combattre, les différentes zones seront, en effet, assez vides. Il n’y a donc malheureusement pas beaucoup d’intérêt à parcourir ce monde semi ouvert qui en plus, vous infligera de long et nombreux temps de chargement quand vous passerez d’une zone à l’autre. Rassurez vous, que ce soit les quêtes annexes ou les Dragon Balls, tout apparait sur votre mini map (qui n’est autre que le fameux Dragon Radar) ce qui ne vous obligera pas à fouiller les maps de long en large, sauf si vous avez envie de le faire afin de découvrir les clins d’œils en tout genre.

Le bande son du jeu est un des gros points forts ! On retrouve avec plaisir un doublage japonais convaincant, mais aussi et surtout un panel de musiques qui ravira les fans ! Et cette fois, pas de DLC à télécharger pour profiter des chansons originales de l’anime, ainsi que les thèmes récurrents qui nous accompagnent durant cette aventure ! Aussi, les bruitages sont directement reconnaissables pour le plus grand bonheur des fans, ajoutant beaucoup d’immersion au titre !

Si le jeu est loin d’être parfait, les fans de la série seront surement ravis de pouvoir refaire l’histoire de Dragon Ball Z dans ses moindres détails sur cette génération de console, l’aspect semi ouvert nous donne vraiment l’impression de vivre cette aventure de manière moins linéaire. Même si le gameplay est répétitf, la narration est tellement bien faite qu’on a sans cesse envie d’aller plus loin. Malheureusement le jeu n’a aucune rejouabilité, très peu de endgame et est exclusivement solo. 

 

En conclusion, si vous n’êtes pas fan de Dragon Ball Z, je vous déconseille d’acheter ce jeu directement à prix plein. Si en revanche l’idée de redécouvrir cette saga ou de la faire découvrir à quelqu’un vous plait, n’hésitez pas !

Pros

  • Narration complète et soignée
  • graphismes rendant hommage à l’anime
  • reprend TOUTE l’histoire de Dragon Ball Z
  • immersif
  • bonne durée de vie

Cons

  • Environement assez vides
  • répétitif
  • aucune rejouabilité
  • les temps de chargement

Voici enfin le tant attendu Dragon Ball Z: Kakarot ! Teasé depuis un certain temps déjà, ce fameux action RPG Dragon Ball est développé par CyberConnect2, le studio à qui l'on doit les excellents Naruto Ultimate Ninja Storm ! Quand on sait à quel point ils sont resté fidèles à l'oeuvre originale pour Naruto, on attend beaucoup…

Verdict ?!

note globale - 70%

70%

bon mais perfectible !

Si le jeu bénéficie d'une ambiance géniale et reprend ce classique qu'est Dragon Ball Z à la perfection. Il souffre d'un manque de profondeur dans le gameplay et d'une absence de rejouabilité et d'un mode multijoueur. Je ne le conseil qu'aux fans de la saga !

Avis des lecteurs: 4.48 ( 2 votes)
70