Articles

[Avis] Sayonara Wild Hearts

Ces dernières années, les années 80 sont revenues à la mode, notamment dans le cinéma, la musique, mais aussi les jeux vidéos. Sayonara Wild Hearts purpose une patte visuelle et sonore, ainsi qu’un gameplay arcade très intéressant ! Voyons de quoi il en retourne dans notre test

Développé par le petit studio suédois Simogo, composé de Simon Flesser et Magnus Gordon Gardebäck (d’où le nom Simo-Go), Sayonara Wild Hearts est d’abord sorti sur IOS avant d’être porté sur toutes les consoles et sur PC suite à son succès ! On y incarne une jeune fille qui cherche à retrouver le bonheur sur fond d’une histoire abstraite basée sur des cartes de tarots. Un univers rempli de symbolismes et métaphores sur les émotions, les relations et sur l’image qu’on a de soi, ainsi que sa destinée. On parcourt ainsi 23 niveaux pour rééquilibrer l’univers et sortir de sa torpeur ! 

Le gameplay est très arcade et ultra simple à prendre en main ! La musique nous aide à presser les touches au bon moment pour éviter les obstacles, réussir les QTE et ramasser un maximum de coeurs pour obtenir le rang or en fin de niveau. Le jeu incorpore des éléments de rail shooters, et passe de la première à la troisième personne d’une phase à l’autre. Que ça soit en moto, skateboard, cerf, voiture ou dans les battle de danse ou escarmouches à l’épée, vos réflexes seront mis à l’épreuve ! 

Le jeu est nerveux et orienté Die and Retry sans pour autant être énervant ! Il est impossible de rester bloqué, après quelques échecs, le jeu vous propose de passer à la section suivante du niveau. Par contre si vous êtes plutôt un joueur en quête de challenge, vous serez servi aussi ! D’une part pour récolter un maximum d’éléments collectibles pour gonfler le score et obtenir un score Gold, mais aussi par rapport aux trophées, parfois simples et d’autres biens plus exigeants. 

Ces derniers sont très originaux, mais on ne voit gâchera pas le plaisir de les découvrir. Quoi qu’il en soit, une fois le jeu fini, comptez moins de 2 heures, vous n’aurez obtenu qu’un malheureux trophée ! La rejouabilité est bonne, on se prend vite au jeux grâce à son gameplay en béton, mais aussi son univers visuel et sonore !

Visuellement, le jeu propose une direction artistique moderne, mais avec beaucoup de couleurs néons qui rappellent tellement les années 80 ! Les plans changent, ça donne le vertige parfois, mais l’expérience visuelle vaut clairement le coup d’oeil. Sans pour autant être une claque en termes de graphismes, on ne peut pas rester de marbre face au travail réalisé qui est bien inspiré et propose une vraie personnalité ! Certains stages rappellent les jeux d’arcade de l’époque, à la Space Invaders par exemple, on est constamment baigné dans cette ambiance nostalgique. 

Niveau bande-son, j’ai personnellement été bluffé par les chansons composées par Daniel Olsen et Jonathan Eng. Linnea Olsson vient elle poser sa voir sur certaines chansons et mes amis, le résultat est aux petits oignons ! Le style surfe sur la synthpop, le chillwave, la trance, l’IDM et l’ambiant avec un style rétro-futuriste Synthwave omniprésent. Si vous êtes mélomanes, et sensible aux musiques électroniques, cette OST ne vous laissera clairement pas de marbre ! Niveau doublage, l’histoire est narrée par Queen Latifah, légende du rap et actrice ! 

On vous laisse avec la magnifique chanson de fin de ce titre coup de coeur ! 

 


Les Plus

  • Une direction artistique en béton
  • Une bande-son sublime
  • On comprend vite le BAFTA Award
  • Facile à prendre en main
  • Du challenge pour les joueurs exigeants
  • Une expérience originale

Les Moins

  • Il faut aimer la Pop et le Synthwave
  • 23 niveaux, mais se termine plutôt vite