Tests

[AVIS] Resident Evil Village – Le Test !

Resident Evil VIII ou Village est enfin là ! Le premier opus next-gen de cette saga tant appréciée que tous attendaient est-il à la hauteur des attentes ? C’est ce à quoi nous allons tenter de répondre dans ce test ! Pas de panique, le test est garanti sans spoil, nous allons donner notre avis sur le scénario sans rentrer dans les détails.

Pour commencer, sachez que Resident Evil Village est la suite directe de Resident Evil 7. Nous y incarnons donc de nouveau Ethan Winters à la suite des événements tragiques de Dulvey. Si vous n’aviez pas joué à l’opus précédent, aucun problème, le résumé proposé au début de l’aventure est largement suffisant pour comprendre qui sont les personnages présents ici.

Très immersif dès les premières secondes grâce à la vue à la première personne comme son prédécesseur, RE Village vous plonge directement dans une ambiance assez angoissante ! Ethan va très vite se demander où il est, ce qu’il se passe et vous aussi !

Le jeu utilise des techniques classiques du genre : le champ de vision parfois restreint, l’absence de lumière, les bruits inquiétants tels que grognements, bruits de pas et j’en passe sont omniprésents. Les décors sont froids et lugubres à souhait tout en étant assez variés selon l’endroit où nous sommes. Les différents protagonistes sont très clichés voir caricaturaux autant dans leur character design que dans leur écriture, mais le tout colle plutôt bien à l’œuvre. C’est parfois un peu exagéré, mais sans tomber dans le “nanardesque”, fort heureusement.

Le jeu est très linéaire évidemment mais assez bien rythmé, entre chaque gros chapitre vous aurez la possibilité de revenir au village, passer faire un petit coucou au marchand et pousser son exploration un peu plus loin grâce à vos nouveaux outils afin d’y trouver quelques précieux trésors supplémentaires.

Capcom semble ici chercher le juste milieu entre le gameplay “horreur” de certains opus et l’action des autres. Si RE Village est un peu moins angoissant, il offre généralement des environnements plus ouverts et moins anxiogènes que son prédécesseur, il est loin d’être un Call of duty Zombie comme nous avons pu le lire dans certains avis !

Vous passerez par toutes sortes de phases, des phases d’exploration, des phases d’action, des combats de boss ou mini boss et même par des phases entières d’énigmes sans vos armes (qui rappellent parfois le tant apprécié PT) !

Pour ce qui est du gameplay, c’est un mélange de ce qui à pu se faire dans le passé également. On retrouve la vue à la première personne de RE7 mais énormément de mécanique des premiers opus ! L’inventaire en valise et son aspect rangement “tetris” signe son grand retour ! Le marchand est de retour également, il pourra vous vendre toutes sortes de choses bien utiles comme des munitions, des objets de soin, des plans de fabrication (on reviendra au craft un peu plus tard, ne vous en faites pas) mais pourra également upgrader vos armes par le biais d’accessoires ou d’améliorations statistiques !

Tout cela aura bien évidemment un coût, outre les quelques Lei (monnaie roumaine) que vous pourrez trouver un peu partout vous devrez également vous transformer en chasseur de trésors ! Comme à l’accoutumée dans la saga, vous récupérerez toutes sortes de trésors de différentes valeurs en tuant des ennemis, en résolvant des petites énigmes ou tout simplement en ouvrant les yeux, soyez toujours attentif à votre environnement, on ne sait jamais quelles richesses (ou quels ennemis mortels) vous entourent !

L’arsenal est on ne peut plus classique ! Pistolet, fusils à pompes, sniper, lance grenade, magnum, explosifs en tous genres et bien sûr l’indémodable couteau pour les plus téméraires d’entre vous. La garde apparue dans RE7 revient ici, mais s’agrémente ici d’un contre si vous appuyez une deuxième fois sur le bouton au bon moment, ce qui aura pour effet de déstabiliser les ennemis et vous donner une bonne occasion de viser leurs points faibles ! (Souvent la tête comme vous vous en doutez).

Sans être aussi punitif que les premiers opus, RE Village n’est pas toujours évident pour autant, certains ennemis ont des airs de Nemesis quand ils vous traquent à travers les couloirs et peuvent être derrière n’importe quelle porte, prêt à vous découper ! D’autant plus que, si en mode facile ou normal, les munitions sont monnaies courantes, dans les modes de difficulté les plus élevés chaque balle compte et chaque tir manqué vous rapproche un peu plus de la mort !

Ajoutez à cela des mini boss dont vous devrez découvrir vous même les patterns et points faibles, parfois en allant jusqu’à devoir utiliser votre environnement et des boss spectaculaires dans la lignée des anciens opus et croyez moi en mode “village des ombres” il y a de quoi vous donnez des sueurs froides !

Comme toujours dans la saga, la rejouabilité est de mise, vous débloquerez des bonus de New game + en réalisant certains défis, vous pourrez tenter les trophées tels que “ne pas utiliser d’armes à feu”, “ne pas utiliser plus de 4 objets de soin” ou encore “finir le jeu en moins de 3 heures”, les challenges sont bels et bien présents.

Pour ce qui est de l’exploration des différentes zones, le jeu est assez directif au début avec son système de “porte verrouillée de l’autre coté” et ses différentes serrures. Mais au fil de vos pérégrinations, vous débloquerez tout ça afin d’ouvrir des raccourcis pour la possibilité de vous balader librement dans les différents décors afin d’y résoudre des petites énigmes. Ces dernières ne sont jamais très compliquées mais qui vous demanderont toujours de bien observer le monde qui vous entoure.

La carte joue ici un rôle important car en plus de vous aider à ne pas vous perdre, elle vous montre vos objectifs, les trésors pas encore récupérés et l’état de chaque lieu visité via un code couleur. Si la salle est en rouge c’est que vous n’avez pas encore trouvé tout ce qu’elle contient. Si au contraire elle est en bleu, c’est que vous avez déjà tout pillé dedans. De plus, elle vous montrera où sont les portes et barrières pas encore ouvertes et quelles clés sont nécessaires pour les ouvrir.

 Le craft est toujours présent et toujours aussi basique. Une fois les plans en votre possession vous pourrez crafter des objets de soins, des munitions et des explosifs si vous disposez des ressources nécessaires.

La dernière nouveauté en date est le système de cuisine ! Calmez vous, on est pas dans un RPG non plus, il s’agira ici en fait d’apporter des morceaux de viandes ou de poissons au marchand afin de compléter des recettes qui augmentent les statistiques d’Ethan. Vous pourrez ainsi en tuant quelques animaux présents à certains endroits de la carte augmenter votre santé, votre résistance ou votre vitesse de déplacement.

Pour ce qui est du scénario, difficile de vous en parler plus que ça sans vous spoiler. Sachez juste qu’il nous tient en haleine tout au long du jeu que vous pourrez terminer en une petite dizaine d’heures sans trop vous presser. Le carnet se remplira au fur et à mesure que vous avancez dans l’histoire et regorge d’énormément d’informations complémentaires pour faire grandir le lore en vous réservant quelques petits clins d’oeils sympathiques aux anciens opus.

Graphiquement le jeu n’a pas à rougir, il est vraiment très beau ! Le test à été fait sur Playstation 5 et franchement, on a été bluffé par certains décors. Par la plupart d’entre eux d’ailleurs, que ce soit en intérieur ou en extérieur c’est travaillé, plein de détails, lugubre à souhait. Les jeux de lumières (ou plutôt d’absence de lumière) remplissent leur rôle en rendant l’ambiance très angoissante.

Les décors sont variés, le village, la forêt, le château, les marais et j’en passe. On n’a jamais l’impression de visiter sans cesse les mêmes lieux, on a même hâte d’arriver au chapitre suivant pour voir où il va nous emmener.

Le son quant à lui joue lui aussi un rôle majeur dans ce sentiment d’angoisse presque constant. Que ce soit les bruits de pas de lady Dimitrescu qui vous traque dans le château, les cris du monstre qui vous poursuit dans les couloirs du manoir, les grognements ou les rires qui résonnent  au loin, tout est là pour vous mettre mal à l’aise. La musique, la plupart du temps inexistante, n’en est pas moins percutante. Elle se déclenche à coup de gros violon dans des moments déjà stressants afin de venir exacerber le sentiment d’urgence et vous donnez un peu plus d’adrénaline.

La saga Resident Evil est assez inégale, les 3 premiers opus sont souvent cités en exemple à suivre, les épisodes (maudits) plus axés sur l’action que sont le 5 et le 6 sont souvent, eux, cités comme mauvais exemples, le 4 était un peu à part mais fait pour beaucoup partie des meilleurs et le 7 avait réinventé le genre en s’axant sur l’horreur pure.

Resident Evil Village cherche un juste milieu entre tout ça, il reprend pas mal de son ambiance à RE4, des mécaniques de la trilogie de base et garde une grande partie de ce que RE7 a apporté.

Pas facile donc de trouver sa place dans tout ça et de plaire à tout le monde mais ici à la rédaction on a adoré ce que le jeu nous a proposé !