Menu

Assassin’s Creed Odyssey – Le Test !

Fer de lance de l’entreprise Ubisoft, chaque sortie est un événement pour la communauté de fans, malgré des épisodes en demi-teinte et un concept qui s’éloigne peu à peu de l’esprit originel de la série. Voyons de quoi il en retourne dans notre test, les amis !

 

L’année passée sortait Origins, un épisode retraçant la naissance de la confrérie des Assassins. Un épisode qu’Ubisoft a présenté comme un reboot de la franchise et qui proposait son lot de nouveautés intéressantes, notamment en termes d’activités et de gameplay. Origins n’était malgré tout loin d’être exempt de défauts, comme par exemple la narration lourde, le scénario à la fois décousu et tressé d’intrigues politiques soporifiques. D’un avis général, il est assez difficile d’accrocher au scénario d’Origins dans la longueur.

 

Odyssey semble avoir retenu la leçon, premièrement avec son scénario. Ce nouvel épisode plonge le joueur dans le peau d’Alexios ou Kassandra, au choix. Aucun changement notable entre les deux sexes en ce qui concerne le scénario et/ou le gameplay. Jeté de la montagne enfant, le passé vous rattrape à l’âge adulte et vous emporte dans une odyssée aux thèmes familiaux plus présents, mais toujours empreints d’impératifs sociaux politiques majeurs, ainsi que enjeux moraux bien plus présents. Cette approche plus personnelle ajoute énormément d’immersion au jeu.

 

La sorti de l’Animus, le monde réel donc, est beaucoup moins lourd et anecdotique, ce qui donne l’envie de s’y attarder, ”comme avant’’. En ce qui concerne les enjeux moraux, le jeu vous mets dos au mur avec des choix très difficiles comme sacrifier une famille d pestiférés ou les laisser en vue quitte à ce que tout l’île tombe malade. Beaucoup de choix auront  des répercussions et la refonte des dialogues, à la façon d’un Mass Effect, The Witcher est un réel plus.

 

Ces dialogues impliquent énormément de personnages historiques hauts en couleurs comme Hérodote, Aristote, Léonidas, mais aussi des personnages mythiques comme le cyclope, qui est loin d’être représenté comme une créature mythique, mais plutôt comme un humain assoiffé de sang et de pouvoir. Attention, vous ne serez pas a l’abri d’une touche fantastique par-ci par-là, mais ça reste équilibré sans tomber dans la surenchère de kitsch. Pour les plus sceptiques par rapport au lien entre la franchise et Odyssey, il me semble normal que ces aspects soient peu présents dans les vidéos de teasing du jeu, et nous ne pencherons pas plus que cet aspect pour éviter les spoils, ni celui d’une ancienne civilisation à la technologie très développé et à l’origine d’artefacts emblématiques de la franchise.

 

Clairement, ce scénario avec beaucoup plus d’engagement personnel, le nouveau système de dialogues, les choix moraux délicats ainsi que la narration font de Odyssey un des titres à l’écriture la plus haletante et intéressante. Et grande nouveauté : le jeu propose 9 fins différentes en fonction de vos choix durant l’aventure. Et manette en main, ça donne quoi ? Ici aussi les changements sont légions, surtout en ce qui concerne les combats, complètement revus ! Outre la cohabitation de la parade et garde, le jeu vous offre la possibilité d’assigner des actions spéciales de combat.

 

Soit au corps à corps en pressant L1 suivi d’une des capacités assignées sur Croix, Rond, Triangle et Carré pour les joueurs PS4, mais aussi 4 autres capacités spéciales liées à l’arc à flèche où là il faudra presse sur L2 suivi des touches d’action. Un système renouvelé inspiré de jeux en monde ouvert comme The Witcher. Rien de révolutionnaire, certes, mais qui renforce l’aspect action-RPG du titre, car il faudra dépenser des points pour acquérir les différentes aptitudes et les utiliser ! L’arbre de compétence est très complet et propose vraiment de créer ses propres build en fonction de votre équipement et des aptitudes utilisées.

 

Gagner des niveaux semble un tantinet moins rapide qu’auparavant, et c’est pas plus mal vu la tonne de contenu que le jeu propose. Premièrement, les batailles navales font leur grand retour et il est désormais possible d’améliorer plusieurs aspects de son navire, ainsi que son équipage. Il suffit d’assommer un PNJ pour lui proposer de vous rejoindre ! Les entretiens d’embauches étaient clairement différents à l’époque ! Assassin oblige (pour ceux qui s’obstinent à ne pas trouver de liens avec la saga), pas moins de deux onglets sont proposés. Le premier est une chasse à l’homme où il faudra trouver les indices de plusieurs membres d’un culte mystérieux et les réduire au silence !

 

Le second onglet se concentre sur les mercenaires, introduits dans Origins et qui viendront jusqu’à 5 pour essayer de vous faire la peau durant vos missions, à moins de payer une prime substantielle. En parlant de missions, outre une trame principale très fournie, le jeu se voit doter de nombreuses quêtes secondaires, des quêtes orientées chasses aux animaux rares, mais aussi des missions journalières, diverses et variées et qui rapporte loots et points d’expérience. Attention toutefois de doser exploration et levelling car vous perdrez sans doute l’intérêt de piller des camps une fois le niveau maximum atteint. Surtout avec une IA à la ramasse et qui semble être la même depuis quelques épisodes.

 

Au niveau visuel, le jeu reprend le moteur d’Origins et le résultat est simplement magnifique. La modélisation des très très nombreuses armes et armures sont bien inspirées, au même titre que les personnages que l’on rencontre malgré quelques petits défauts au niveau de l’expression du visage. La carte est simplement gigantesque, et on s’en rend très vite compte. L’univers graphique est maîtrisé et fidèle à l’époque, on prend énormément de plaisir à visiter les îles grecques. Ubisoft oblige, le jeu réserve son lot de bugs risibles à souhait, mais rassurez vous ce n’est que anecdotique et nous sommes loin du désastreux Unity lors de sa sortie. Le jeu est bourré de vie, contrairement à Spider-Man, ainsi les rues fourmillent de situations de la vie quotidienne des grecques de l’époque. Il semblerai même qu’il suffit d’attendre devant des ouvriers à la tâche pour voir leur fruit du travail se construire peu à peu. 

 

Côté son, Odyssey propose un doublage anglais plutôt bizarre, entre les intonations un peu fausses et l’accent grecque très forcé des personnages. Nous avons finalement opté pour le doublage français, de qualité et plus équilibré entre les dialogues sérieux et ceux légers, empreints d’humour. La plupart des bruitages ont été recyclé du précédent volet. Rassurez vous, les compositions originales du jeu sont majestueuses et empruntent énormément à la musique traditionnelle grecque dans ses thèmes, mais aussi au niveau des instruments, évidemment. Que ça soit dans les batailles avec des thèmes martiaux qui imposent le respect ou des thèmes plus calmes pendant les explorations, le jeu a un panel diversifié de musiques collent à la séquence. Le résultat est très immersif !

 

thumbs-up-icon

Pros
  • Une durée de vie colossale
  • Des modes de difficultés herculéens
  • Un scénario qui ne tombe pas dans les bras de Morphée
  • Un gameplay en forme olympique
  • Une bande-son medusante
  • Des graphismes apollinien
  • Le retour des batailles navales !
  • Un système de combat revisité et jouissif !
  • Très immersif et addictif !
  • Bonne prise en main du mode photo !

thumbs-down-icon

Cons
  • Un doublage anglais au rabais
  • Quelques bugs par-ci par-là.
  • Une IA toujours aussi discutable
  • Ces foutus mercenaires ne vous lâcheront jamais !

Fer de lance de l'entreprise Ubisoft, chaque sortie est un événement pour la communauté de fans, malgré des épisodes en demi-teinte et un concept qui s'éloigne peu à peu de l'esprit originel de la série. Voyons de quoi il en retourne dans notre test, les amis !   L'année passée…

Le Verdict !

Note globale - 90%

90%

Excellent !

Pour conclure, Odyssey n’est clairement pas un copié-collé d’Origins, mais plutôt un épisode qui regroupe le meilleur de la saga. Un épisode peut être un peu à part, mais qui renferme son lot de qualités, comme l’avait pu faire Black Flag, mais en mieux.

Avis des lecteurs: Soyez le premier !
90