Tests

ReCore – le etst !

ReCore est un titre paru le 13 septembre 2016 et développé par Armature. Il s’agit d’un jeu d’aventure qui ravira tous les adeptes des jeux d’exploration avec une pincée de RPG. Vous incarnez Joule, une jeune et joulie fille, petite sœur de Bob le Bricoleur, qui aurait pu faire le succès de R.O.B. En effet, c’est une mécanicienne qui se réveille après un sommeil cryogénique à en faire pâlir la belle Aurore et qui est en fait une colonne de Alter-Eden. Mais le jeu peut-il se permettre de rouler des mécaniques ? Verdict dans notre etst !

ReCore vous met donc dans la peau de Joule, volontaire pour coloniser Alter-Eden, la planète devant servir de nouveau foyer à l’humanité parce que, comme d’habitude, elle est dans de beaux draps… Le manque de ressources sur Terre a poussé les humains à chercher d’autres solutions qui ont donc décidé de terraformer une planète : Alter Eden. Elon Musk n’a qu’à bien se tenir !

recore11 recore10

C’est après sa petite grasse matinée forte de quelques centaines d’années que notre amie Joule se réveille sur Alter-Eden. Elle se rend alors compte que, contrairement à ce qui était prévu, celle-ci est seule, à l’exception de son petit compagnon, Mac. Mac est un robot chien, enfin, un orbot comme le présente le jeu. Une petite inversion des deux premières lettres permet de renvoyer à une alter-réalité, un monde de différence, l’originalité à l’état pur ! Ici, pas de robot, mais bien des orbots. Une fois cette dénomination pardonnée(caractérisée par une audace et une originalité sans pareille), le joueur parvient tout de même à profiter de ces petits personnages non sans importance.

Les orbots sont des robots créés par les humains pour qu’ils les assistent dans toutes les tâches (ingrates dont personne ne veut) possibles et imaginables. Mac s’avère particulièrement attachant, après tout, c’est le seul ami qu’a le personnage principal. Il ne parle pas notre langue, mais Joule le comprend sans trop de difficulté, ce qui rajoute au lien qui semble les unir. Par cet habile entourloupette scénaristique, les développeurs rendent les deux compères instantanément sympathique

recore9 recore8

I-Orbot

Ils se trouvent donc tous deux sur Alter-Eden. Tout devrait aller pour le mieux dans ce nouveau paradis, mais c’était sans compter sur les orbots maléfiques (pas aussi maléfiques que leur satané nom) qui s’empressent d’attaquer nos personnages, chose étrange s’il en est, étant donné que nos partenaires mécaniques ne sont pas censés pouvoir attaquer les humains. En effet, nous ne sommes pas loin des trois lois dont Will Smith se souviendra longtemps. Interdiction de faire du mal aux humains. Viktor, le chef des méchants orbot n’en a visiblement cure et se donne du mal pour se débarrasser de Joule. Vous l’aurez compris, Viktor, c’est un thug.

La terraformation d’Alter-Eden n’a pas eu lieu. Les orbots qui font face à Joule l’ont empêchée afin de garder la planète pour eux. Faut pas déconner, les humains ont déjà une planète, Alter-Eden est à eux. Les robots ne veulent plus travailler comme des forçats, et il ne fait nul doute qu’ils veulent dépasser leur condition, on croirait voir des syndicalistes. Les grèves provoquant le courroux de la gente estudiantine, ils ont préféré se débarrasser directement des indésirables (en dehors des périodes d’examen).

recore7 recore6

On apprend en avançant dans le jeu et en ramassant des enregistrements (jeu d’exploration oblige) que le processus de terraformation devrait être beaucoup plus avancé, et que l’humanité a perdu des centaines d’années. C’est là une bien mauvaise nouvelle, mais c’était sans compter sur notre Bobette en salopette et sur Goddar, heu… Mac. Ils vont bien sûr relancer la terraformation.

Pour ce faire ils vont utiliser des orbes mystérieux au nom tout aussi mystérieux : les orbes spirm…, pirsma…prismatiques. Ces orbes sont en fait des sources d’énergie incroyables, et ce sans microfissures ! La notion d’orbe est centrale dans ReCore. Elles permettent de faire absolument tout : avancer dans les niveaux, entrer dans les donjons, faire tenir la batterie d’un IPhone plus de 12h en utilisation, guérir la sclérose en plaque, et bien d’autres prodiges.

Il vous faudra donc fouler les niveaux à plusieurs reprises afin de toutes les trouver, sans parler de tous les autres objets collectionnables.

recore5 recore4

Mécaniques vraiment fluides

Dans ReCore, tout fonctionne au poil. Joule est équipée de sortes de propulseurs placés sous les pieds. Outre la possibilité de créer une deuxième paire d’amygdales à tout emmerdeur qu’elle pourrait rencontrer, elle peut se propulser en avant, sur les côtés, etc. afin d’encapriner ses ennemis (néologisme de mon fait pour « rendre chèvre ». Je vous invite à utiliser massivement cette nouvelle expression afin de forcer l’Académie française à l’accepter).

Cette mécanique permet à Joule d’être extrêmement mobile et de dynamiser le gameplay. Concernant les armes, Joule possède un fusil mitrailleur laser à faire pâlir n’importe quel Stormtrooper. Elle peut « changer les munitions », comprenez qu’il est possible de changer la couleur des lasers tirés afin de les faire correspondre avec la couleur des ennemis que l’on a en face de soi. Si l’ennemi est bleu, alors les lasers bleus feront plus de dégâts, c’est aussi simple que ça (désolé les daltoniens).

Son fusil possède un tir principal et un tir secondaire. Le tir secondaire peut être chargé et permet d’envoyer un mini Genkidama dans le faciès de tous les orbots assez infortunés pour croiser notre chemin. Bien sûr, notre compagnon n’est pas en reste. Joule peut demander à Mac d’effectuer son attaque spéciale et ainsi faire de gros dégâts aux ennemis.

ReCore Joule and Mack Interacting ReCore Inquisitive Mack

Mac ne sera pas le seul compagnon à tracer la route aux côtés de Joule ! Il y aura également Seth et Duncan, chacun doté d’une personnalité attachante et hilarante (un peu triste dans le cas de Duncan). Tous les orbots, en dépit de leur mutisme, parviennent à amener une profondeur nouvelle au titre, du point de vue de l’histoire, mais aussi du gameplay. En effet, chaque orbot possède une capacité spéciale qui permet à Joule d’atteindre des endroits auparavant inaccessibles.

Duncan est un gros lourdaud-tank qui réduit ses ennemis en tas de ferraille et peut détruire certains rochers qui se trouvent sur notre passage, Mac est relativement équilibré, et Seth attaque principalement de loin, tout en nous permettant de grimper sur des sortes de chemins de fer qui flottent dans les airs. Leur apparence est en partie personnalisable. Au gré de nos parties, on trouve des plans qui permettent, non seulement de changer l’apparence de nos orbots, mais aussi de les rendre plus puissants, plus résistants, etc. Pour ce faire, il faudra récupérer des compos sur les ennemis abattus.

recore12-copier recore13-copier

Les dépouilles mécaniques de nos ennemis sont des mines d’or-bes. En effet, comme je l’ai dit plus tôt, la notion d’orbe est centrale dans ReCore. Il est donc possible de récupérer des orbes de différentes couleurs sur les charognes rouillées de nos ennemis afin d’améliorer nos orbots. Les orbes rouges par exemple, permettent d’en améliorer l’attaque.

Au fur et à mesure des combats, Joule et ses orbots monteront de niveau et gagneront en puissance. On regrettera un peu le manque d’informations sur les gains de niveaux. En effet, la seule information que l’on possède sur ceux-ci, c’est que l’on en gagne, c’est tout. Il est dès lors assez compliqué de prendre la mesure de notre gain de puissance étant donné qu’il n’est pas chiffré.

Les combats sont très dynamiques et les affrontements contre les boss sont assez agréables. Cependant, on regrettera l’absence de challenge. Les combats étant assez fluides, ils restent prenants, mais le manque de difficulté est un peu dommage. Il est assez rare d’être embêté par les ennemis que l’on rencontre une fois que l’on maitrise les différentes mécaniques.

Joule fire combat ReCore Joule and Mack Ready for Action

Robeautique

Les graphismes de ReCore, il faut bien l’admettre, envoient du pâté crème AOP. La profondeur de champ est très agréable. Sur Alter-Eden, qui présente d’immenses paysages principalement désertiques, cette notion a toute son importance. Le sentiment de solitude est vraiment renforcé par la profondeur des décors. Ainsi, Joule se retrouve face à des étendues désertiques semblant sans fin, les contours de montagnes ou d’épaves de vaisseaux se devinant au loin. Ce genre de tableaux permettent de prendre toute la mesure de la solitude de Joule.

La planète, n’ayant pas encore été terraformée, est aride et inhospitalière. Joule ne foule que des déserts et des grottes dans lesquelles le sable se fraye un chemin. Il est partout. Les montagnes et les épaves s’érodent sous sa puissance et ses attaques incessantes. Alors, à la vue de ce sable omniprésent, le joueur frissonne et prend conscience de toute l’horreur de la situation : Joule en a probablement dans ses sous-vêtements. Quoi de pire que de souffrir à la fois de solitude ET de sable entre les fesses ?

Joule and Seth solving puzzle recore17-copier

Bien que les niveaux se résument à des grottes, des épaves et des étendues ensablées, le titre parvient à garder le joueur en haleine. Une telle répétition de paysages sablonneux pourrait faire perdre patience au plus fervent des joueurs si les développeurs n’avaient pas fait un aussi bon boulot. Mais ils sont parvenus à varier l’expérience, grâce aux différentes mécaniques de jeu et à des décors, somme toute intéressants.

La bande-son, quant à elle, est agréable. Les musiques parviennent à mettre le joueur dans l’ambiance, de même que les doublages, au poil également. La version française est convaincante et ne fait pas de flops comme on a pu en voir sur d’autres jeux du genre.

Un article signé Jetlag.

Next Article
Ride 2 - Le Test !