Menu

Maneater – Le Test !

Tripwire, les papas de Killing Floor, reviennent avec une nouvelle franchise intitulée Maneater ! Un jeu où vous incarnez un requin, en quête de vengeance et de chair fraiche ! Un concept plutôt original dans le paysage vidéoludique, mais est-il profond pour autant ? Verdict dans notre test !

Alors qu’une émission de téléréalité suit pas à pas les tribulations d’un chasseur de requin complètement loufoque, et qui nous fait parfois penser à Exotic Joe, vous incarnez un requin dont la mère a été sauvagement massacré ! 

S’en suit une aventure basée sur la vengeance, où l’on devra en finir pour de bon de ce chasseur de requin sans remords ! Un scénario qui tient en quelques lignes, ultra simpliste, et qui aborde superficiellement quelques thèmes actuels ! 

En effet, le jeu met en avant notre société actuelle, basée sur le divertissement et le massacre d’espèces en danger, juste pour le fun ! Malheureusement, c’est beaucoup trop superficiel et le scénario n’est ici qu’un prétexte pour évoluer en farmant et affronter des boss de plus en plus puissants !

Niveau gameplay, notre requin possède les capacités classiques auxquelles on peut s’attendre, à savoir : mordre, agripper ses proies et les secouer, esquiver, accélérer et sauter ! Les sensations sont parfois hasardeuses, mais on s’y fait assez vite, surtout qu’il n’est pas possible de verrouiller ses cibles comme dans la plupart des jeux, peut être parce que le requin est connu pour ne pas avoir une excellente vue, va savoir ! 

Des pouvoirs spéciaux sont aussi de la partie, une fois une jauge remplie en mangeant ce qu’on trouve et dont on reparlera plus tard, quand on abordera les diverses modifications de notre chère prédateur marin ! Le jeu propose une quantité de missions qui sont plutôt répétitives : massacrer des espèces de poissons pour attirer le prédateur alpha de la zone, massacrer des humains que ça soit dans l’eau, mais aussi sur terre, vu que notre requin peut y bondir et manger des touristes durant un laps de temps avant de mourir d’asphyxie ! 

Aussi, certaines missions vous demandent de détruire les bateaux des chasseurs, en bondissant hors de l’eau et en attaquant les chasseurs, ou simplement en déchirant la coque des bateaux ! Cette dernière tâche remplie les niveaux d’infâmie, 10 au total, à chaque fois ponctués par des combats de boss en franchissant les paliers ! Des combats qui vous octroient des améliorations !

Il y a deux grands groupes d’améliorations, d’abord les « pièces » de requin : la tête, la queue, la mâchoire, le corps et les nageoires ! Pour chaque pièce, il y a trois variantes, qui permettent d’obtenir plus de force, de vitesse, vitesse d’esquive, la hauteur du bond ou encore de l’empoisonnement ou des effets électriques ! Le corps octroie la capacité spéciale temporaire, à changer en fonction des situations ! 

Si vous avez affaire à des missions dont le but est de détruire des bateaux, il faudra choisir la capacité qui procure des bonus d’attaques contre les bateaux, et pareil pour les missions orientées massacre de bancs de poissons, ou de prédateurs, qu’il faudra soit empoisonner ou électrocuter pour en arriver plus facilement à bout ! Bien sûr, il est possible de customiser les différentes parties du requin et ainsi mélanger plusieurs capacités !  

Le deuxième groupe de capacités se concentre plutôt sur l’aspect passif comme la vie, la vitesse, la durée et maniabilité du requin sur terre ferme, mais aussi la capacité de métaboliser des lipides, protéines et minéraux, nécessaires à améliorer vos « pièces d’équipement », comme dans quelconque RPG ! Et cet aspect RPG se ressent aussi via les différentes transformations, passant du bébé requin à la forme cryptique de 9 mètres !

Outre le scénario et les missions secondaires avec ses mini-boss, le jeu propose pas mal d’objets à collecter qui octroient des ressources, ainsi que des points d’intérêts ! Ces points d’intérêts sont assez drôles, et invitent à l’exploration. 

En effet, ceux-ci sont souvent des clins d’œil à l’écologie, aux films et dessins animés ! On retrouve ainsi beaucoup de références à Chtulhu, It de Stephen King, Bob l’Eponge et d’autres drôleries parsemées dans les fonds aquatiques du jeu, qui seraient très vides sans ces petits Easter Eggs déjantés et réservés aux geeks !

Techniquement et visuellement, le jeu s’avère très daté et manque de peaufinage ! On rencontre souvent des chutes de framerate quand il y a trop d’éléments affichés à l’écran, notamment durant les combats avec les bateaux des chasseurs ! Les animations des boss font le plus de mal aux yeux, entre recyclage et pixelisation poussée, c’est super vieillot ! 

Les cut-scenes aussi sont d’un autre âge, ce n’est vraiment pas très aguichant et le résultat est plutôt cartoonesque, sans que ça puisse être le but au départ ! C’est assez dommage, car le design des prédateurs et surtout de notre requin sont vraiment stylés ! En effet, les différentes pièces d’équipement de votre requin, outre la sensation de puissance que ça confère, rendent plutôt bien comme vous pouvez le constater sur nos captures d’écran ! 

Car oui, malgré des textures datées, le jeu se dote d’une direction artistique plutôt intéressante ! Les différentes zones de l’openworld varient bien, ça fait voyager et on se surprend à se dire que malgré que le jeu soit moche, certains environnements rendent bien et auraient pu offrir un chouette spectacle visuel avec quelques mois de développement supplémentaires ! 

Même constat pour l’aspect sonore du jeu, avec des doublages corrects et qui mettent dans le bain avec ces accents de rednecks ! Bizarrement, la traduction n’est pas souvent juste et quelques vannes tombent à l’eau car elles sont mal traduites ! Aussi, les sous-titres sont rikiki, c’est souvent difficile à lire, mais vu le peu d’intérêt du scénario, on s’en passe facilement ! Niveau bruitages, c’est plutôt correct, les effets sub-aquatiques rendent bien, mais rien d’affolant pour autant !  

Ne cherchez pas non plus quelconque bande-son, le jeu n’offre qu’une chanson dans une vidéo, et c’est tout ! Pas de musiques in-game, alors qu’on aurait très bien pu entendre des chansons pêchues à la Tony Hawk Pro Skater pour accentuer l’aspect fun et délirant du jeu, mais non, c’est le néant à ce niveau et c’est très dommage !


Les +

  • Un concept rafraîchissant
  • Une bonne sensation de puissance
  • Plutôt fun et se laisse bien jouer
  • Des Easter Eggs marrants
  • Remplis de bonnes idées et avec du potentiel
  • Des doublages sympas !
  • Le design du requin et ses diverses customisations
  • Bon défouloir !

Les –

  • Techniquement à la ramasse
  • Faible durée de vie (Platine en +- 12-15 h)
  • Graphiquement daté
  • Scénario anecdotique
  • Sensation de jeu inachevé
  • Très répétitif !
  • Un peu cher…
  • Pas de réelle bande-son

Tripwire, les papas de Killing Floor, reviennent avec une nouvelle franchise intitulée Maneater ! Un jeu où vous incarnez un requin, en quête de vengeance et de chair fraiche ! Un concept plutôt original dans le paysage vidéoludique, mais est-il profond pour autant ? Verdict dans notre test ! Précédent Suivant Alors qu’une émission…

Le Verdict !

Score final - 65%

65%

Satisfaisant

Un peu cher pour les 12-15h de durée de vie (platine compris), Maneater propose malgré tout une expérience qui change, fun, mais répétitive ! On regrettera l'aspect technique au rabais, et l'absence de musiques, qui gâche une chouette direction artistique !

Avis des lecteurs: Soyez le premier !
65